L’Annonciation

Coaching | Psychologie Positive | By Fatima | made in France & USA

L’Annonciation

Imagine que le temps qui nous est imparti pour jouer le Jeu Sacré de la Vie touche à son terme. Imagine qu’à tout moment – entre maintenant et 2025 – l’arbitre peut siffler la fin du temps réglementaire et procéder à la grande rétribution.

Nous savons tous que notre vie peut cesser à tout moment. Mais nous concevons plus difficilement que la Vie puisse cesser à échelle collective sous peu.

Et pourtant, la vie est aussi éphémère qu’elle est éternelle.

Imagine pourtant que 2025 est la deadline collective, cela fait partie des règles du jeu, et nous ne pouvons rien y changer. Imagine donc qu’il te reste six ans tout au plus, pour choisir la vie qui te convient, t’éclater, t’épanouir et contribuer !

Reporterais-tu à plus tard ton accomplissement personnel dans l’espoir d’avoir plus d’argent, plus de temps, plus de courage, un meilleur travail, un compagnon ou un contexte social plus favorable ? Ou oserais-tu être toi, prendre les décisions qui s’imposent, faire ce qui te passionne sans aucune peur des lendemains, et devenir un cadeau pour le monde ?

Ces mots sont extraits de l’introduction de mon livre Joue Ta Vie. Lorsque je les ai couchés sur le papier début 2019, je ne me doutais pas qu’ils entreraient si vite en résonance avec la réalité. Je pensais que nous aurions du temps, plus de temps, pour se préparer au renouveau.

Et pourtant…

Prise dans l’oeil du cyclone, comme vous, je les observe celles et ceux qui sont prêts à sacrifier père, mère, grand-père et grand-mère pour conserver leur bonheur matériel. Ils s’empressent de mettre l’économie sous respirateur artificiel à coup de milliard de dollars, tentent frénétiquement le bouche à bouche, et quand ça ne suffira plus, ils sortiront l’électrochoc. Nous avons tous peur pour nos emplois, nos salaires, nos PEL, nos assurances vie, pour le loyer à payer, les dettes à honorer…

Nous avons tout à perdre matériellement, tout à gagner spirituellement.

Il y a ceux qui résistent et ceux qui attendent patiemment la fin du jeu.

Il y a ceux qui dévalisent les rayons de supermarché et ceux qui jeûnent.

Il y a ceux qui meurent et ceux qui renaissent.

J’ai aimé la Vie au point d’espérer une renaissance du système. J’ai cru en moi, en ma faculté de pourvoir contribuer à ce renouveau, au point que j’ai joué ma vie, changé radicalement d’orientation professionnelle, et investit toutes mes économies dans la création d’un jeu de coaching destiné à aider les autres à en faire autant, plus vite, plus facilement. Puis, j’ai écrit un livre pour démocratiser la connaissance de soi et aborder le sujet tabou de la Fin des Temps, encore une fois par le prisme du jeu. J’ai fait tout ce qui était en mon pouvoir pour créer un bonheur partagé. Et voilà qu’aujourd’hui, j’ai envie de pleurer car je viens d’avoir une révélation !

Le temps n’est plus au changement. Un portail d’opportunités s’est fermé, le temps s’est arrêté, nous sommes confinés : là où nous en sommes dans notre vie personnelle et professionnelle aujourd’hui, c’est là où nous resterons jusqu’à la fin du Jeu Sacré de la Vie.

Ce n’est pas forcément une mauvaise chose en soit. On veut toujours plus négligeant souvent ce que l’on a déjà, oubliant de cultiver ses propres ressources. Parfois, on veut même changer de terrain de jeu, à tort, convaincus que le bonheur est ailleurs sans se rendre compte que l’on est utile précisément là où on se trouve.

Nous sommes le 25 mars 2020. C’est un jour extra-ordinaire : c’est le jour de « l’Annonciation ». L’Annonciation est l’annonce de sa maternité divine faite à la Vierge Marie par l’archange Gabriel. L’annonciation est célébrée 9 mois avant Noël et la naissance de Jésus. C’est le moment où le divin s’incarne en homme.

9 mois, c’est le temps de gestation. 9 mois durant lesquels la mère porte l’enfant, le nourrit, le protège, lui parle, le caresse et l’aime inconditionnellement.

Et si 9 mois, c’était le temps de jeu qu’il nous reste pour accoucher d’une divine humanité ?

Et si 9 mois, c’était le temps de jeu qu’il nous reste avant le jour de la résurrection ?

9 mois pour porter un bout du Christ en nous – en chacun de nous – le nourrir, le protéger, lui parler, le caresser et l’aimer inconditionnellement, pour qu’Il renaisse en nous et se manifeste dans le monde.

9 mois pour être de celles et de ceux qui « croient, espèrent et aiment » quoi qu’il se passe, le monde dusse-t-il s’écrouler sous nos pieds.

Nous sommes tous dans le même bateau. Vous comme moi avons un défi grandiose à relever : « être nous-mêmes ». Comme dirait mon amie Céline « être nous-même sans fard et sans façade, sans lutter pour montrer autre chose que ce que nous sommes ». J’ajouterais être divinement humains et s’aimer inconditionnellement pour ce que l’on est. Le temps du jugement et de la rétribution viendra bien assez tôt. Et si une telle perspective nous inquiète, alors faisons ce que tout être raisonnable et censé ferait : préparons-nous.

9 mois c’est peu à échelle planétaire pour des milliards d’individus… en même temps, 9 mois pour se préparer aux grandes retrouvailles, c’est mieux que rien du tout. 9 mois pour s’aimer à la hauteur de notre Seigneur. 9 mois pour se poser les bonnes questions, celles qui guérissent et sauvent : ai-je tendu la main à mon prochain ? l’ai-je aimé, assisté quand il était dans le besoin ? Ai-je râlé ou ai-je été reconnaissant ? Ai-je accordé mon pardon ? Me suis-je repenti ? Ai-je guéri mes blessures ? Me suis-Je libéré de mes addictions ? Ai-je incarné les valeurs que je prône ? Le présent de ma vie peut-il en témoigner ? Si mon corps parlait, dirait-il que j’ai été pieux, chaste, bienveillant, aimant, altruiste, joueur, soigné ?… La réponse est forcément positive, car il y a du bon en chacun de nous. Mais à quelle fréquence l’ai-je été et avec quelles intentions ? Ai-je servi la communauté humaine, protégé et préservé la Vie, ou me suis-je contenté de kiffer égoïstement dans mon coin ? Qu’ai-je appris d’essentiel ? Qu’ai-je accompli à ce jour dont je peux être fier ? Évidemment, je parle d’accomplissements qui ne se comptabilisent pas en argent.

Faisons les comptes avant que ne vienne le temps de rendre des comptes. Et si nous pensons que notre existence n’est pas à la hauteur de la récompense que nous visons, alors redoublons d’effort pour être « moralement admirable » comme diraient les psychologues positifs. Le confinement nous offre d’ailleurs, un cadre idéal pour nous transcender et incarner la meilleure version de nous-même. Faisons le grand ménage de Printemps. Jouons notre vie !

Tout ce temps pendant lequel nous avons reporté notre accomplissement terrestre, tout ce temps où nous avons négocié avec nos peurs et nos croyances limitantes, convaincus que demain serait plus propice pour trouver un travail gratifiant, un compagnon plus aimant, ou pour déménager dans ce petit havre de paix qui nous fait de l’oeil depuis des années… tout ce temps est perdu et nous ne le rattraperons jamais.

L’heure n’est plus au petit bonheur matériel, artificiel.

Game over !

L’heure est au bonheur éternel.

Good luck et que les meilleurs gagnent !

Il y a quelque semaines, une pandémie causant le confinement de la moitié de la planète et l’effondrement du système capitaliste, semblait invraisemblable. C’était un scénario digne de la science-fiction ! Ce n’est pourtant pas faute d’avoir été averti. Mais nous n’avons pas écouté, pas vu, pas entendu. Du coup, nous ne sous sommes pas préparés (ça ferait une super fable de La Fontaine !).

Aujourd’hui, nous pouvons choisir de croire en Celui Qui Est, et de nous préparer à l’avènement du Paradis sur Terre.

J’ai rédigé mon livre Joue Ta Vie avec plusieurs niveaux de lecture pour ménager les esprits des lecteurs et de mon éditeur, pour les initier lentement à une nouvelle réalité si tabou au pays de Descartes. Une réalité à laquelle la France – fille ainée de l’Église – est pourtant destinée depuis le commencement de l’Histoire. J’ai fait en sorte que mon message soit le plus accessible possible pour toucher un maximum de coeurs. Et ce fut loin d’être aisé. J’ai souffert pour accoucher de cette oeuvre. J’ai d’ailleurs mis 9 mois à l’écrire…

Pour aller plus loin dans la révélation de mon secret, il fallait que vienne le temps. Et le temps de l’annonciation est venu.

Avec la publication de cet article, je dévoile une nouvelle partie de mon message (pas encore tout). J’annonce clairement la couleur ! Je vais plus loin dans l’incarnation de ma mission. Je joue ma vie une nouvelle fois et mise tout sur le 7ème ciel.

Dans mon livre, j’avais écrit « d’ici 2025 » en sachant que la fin du jeu pouvait arriver à tout moment… Nous pensions avoir des années, au final, il ne nous reste peut-être que 9 mois. Faisons-en bon usage individuellement et collectivement.

Un pour tous, tous pour un !

Soeur

Capture d’écran 2019-12-19 à 12.59.56

 

 

 

 

Tags:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez le nouveau Club Joue Ta Vie

Un club international de speed coaching ludique et de psychologie positive,

en ligne, ouvert à tous, et gratuit pendant la durée du confinement.

Je m’inscris !

FORMEZ VOUS!
%d blogueurs aiment cette page :