Trois jours de ténèbres

Coaching & Psychologie Positive By Fatima | made in France & USA

Trois jours de ténèbres

Dans la série {Joue Ta Vie à la fin des temps}, je poursuis ma lecture psychologique et visionnaire de la crise que nous traversons actuellement. Pour s’autoréguler et bien jouer sa vie, il est nécessaire de se situer. En plus, c’est bon pour le moral ! Aujourd’hui, j’aborde donc le concept des « trois jours de ténèbres ».

Les trois jours de ténèbres sont une prophétie dont vous avez peut-être déjà entendu parler. En 1950 Padre Pio a prophétisé sur les 3 jours de ténèbres : trois jours sombres, où la terre s’arrêtera peut-être de tourner sur elle-même, laissant une partie de l’humanité dans l’obscurité durant trois jours. Dans les textes bibliques, cette période de trois jours apparaît plusieurs fois. Elle est vue comme un temps de repli sur soi, un temps d’introspection, d’épurement. Coupé de l’extérieur, dans la prière et la méditation l’Homme peut alors atteindre un autre niveau de conscience.

Comment comprendre les « trois jours de ténèbres » matériellement ?

Il suffit de faire le lien avec le concept psychologique de « la nuit noire de l’âme » évoqué dans le chapitre 4 du livre Joue Ta Vie (éd. Eyrolles).

La « nuit noire de l’âme » est une expérience qui se caractérise par une perte profonde de sens, sur notre vie et nos croyances ; une sorte de « dépression » de l’âme, qui plonge au cœur de nos peurs les plus profondes, et prépare à une véritable transformation intérieure. L’ego se meurt, le « vrai soi » s’éveille. Dans la mythologie, on retrouve d’autres récits similaires, parfois appelés « voyage au bout de la nuit » ou encore « descente aux enfers » – extrait du livre Joue Ta Vie (éd. Eyrolles), page 102.

Lorsque nous avons fait un conseil de famille pour expliquer les règles de confinement à notre fille de 10 ans, perspicace elle a spontanément qualifié cette expérience de  Infernal lockdown (enfermement infernale).

Serions-nous en train de vivre nos « trois jours de ténèbres » à échelle collective ?

Cela se pourrait bien et ce n’est que le début…
Nombreux sont ceux qui ont déjà vécu leur « nuit noire de l’âme » à échelle individuelle. L’écrivain Thierry Janssen l’évoque dans son dernier ouvrage (Le silence intérieur, éd. Iconoclaste). Dans mon livre, j’explique par le biais du jeu le chemin initiatique que chacun de nous est appelé à parcourir. Aujourd’hui, il me sert de boussole pour comprendre et anticiper ce que nous expérimentons collectivement.

Les initiés savent déjà que la solution est « en nous ». Mais pour plonger en soi, il faut beaucoup de courage et du temps, ce temps qui nous échappe, après lequel on court, que l’on refuse de prendre et qui a toujours bon dos… Mais voilà qu’un virus – invisible – entre en scène nous stoppant dans notre course folle, et hop, comme par magie, la Vie qui nous veut du bien, nous prive de tout pour nous offrir ce qu’il y a de plus précieux : du temps, libre de surcroît ! Nous disposons de temps et de ressources (livres, sites internet, visites de musées, podcasts…) pour nous poser les bonnes questions, nous cultiver, nous libérer et nous élever. Ici et maintenant – si nous le voulons – nous pouvons apprendre à créer notre bonheur « en conscience ». Plus d’excuses et pas de bla-bla-bla ! Saurons-nous faire de cette épreuve initiatique, un « accélérateur de bonheur » ?

La terre ne s’est pas arrêtée de tourner, mais notre monde tourne au ralenti. Le petit homme occidental qui croyait être le maître du monde, voit son monde vaciller ; lui qui courrait à sa perte, va finir ruiner. Il perd tout pour redécouvrir l’essentiel.

Aujourd’hui, tout porte à croire que l’expérience initiatique est « collective ». Nous vivons un phénomène inédit : nous vivons une initiation planétaire au bonheur de vivre et d’aimer… sur Terre.

Hier, une lectrice m’écrivait « C’est un vrai coaching cette pandémie, avec la problématique que ce n’est pas une démarche volontaire ». En fait, une nuit noire de l’âme est rarement volontaire. Elle fait partie du processus de développement psychologique et nous est imposée par un phénomène extérieur, un agent perturbateur (licenciement, divorce, maladie, catastrophe naturelle…). Elle n’est pas forcément conscientisée non plus, car elle s’apparente en tous points à une forte dépression, une sorte de “burn-out existentiel ». Et comme notre monde occidental renie la partie spirituelle de lui-même, les nuits noires de l’âme ne sont pas diagnostiquées… Or, la nuit noire de l’âme fait partie du Jeu Sacré de la Vie. C’est une étape du processus ascensionnel au septième ciel. Un passage incontournable.

La route qui mène au paradis passe forcément par l’enfer.

Les « trois jours de ténèbres », la « traversée du désert », le « combat contre les ténèbres » sont autant d’expression imagées et symboliques censées exprimer cette phase de transformation spirituelle et psychologique. C’est un passage incontournable, au cours duquel « l’initié » part à la rencontre de ses zones obscures, (les fameuses « zones d’ombres ») pour changer de niveau de conscience. Un rite initiatique qui va lui permettre de se renouveler, mourir et renaître. C’est le passage le plus important. L’ultime épreuve du  » Je » avant la fin du « Jeu ». La plus profonde et intime, d’où l’isolement. Qui l’a vécu individuellement sait à quel point c’est éprouvant, à quel point il faut être solidement ancré, prudent aussi pour cheminer seul(e) mais bien accompagné(e).

Ensemble, nous vivons une renaissance. Restons unis : cheminons seul(e)s et côte à côte.

Lorsque j’ai vécu ma propre nuit noire de l’âme, j’étais totalement novice. C’est pourquoi j’ai souhaité mettre mon expérience à profit en créant un outil ludique – un jeu éducatif et thérapeutique – accessible à tous en prévision de ce moment.

Pour comprendre le processus initiatique, en éviter les pièges et vous préparer à ce qui vient, je vous invite à lire ou à relire les pages 91 à 109 du livre Joue Ta Vie.

Je peux d’ores et déjà vous rassurer en vous disant qu’aux termes de l’initiation, au bout du chemin, se trouve le plus beau des présents : le bonheur éternel.

Une autre lectrice m’écrivait ceci il y a quelques mois :  » Un petit point qui m’a dérangé au début de ton livre c’est la présence de Dieu. Je ne m’y attendais pas du tout, et étant non croyante, je me suis dis « pourvu que ce ne soit pas trop présent, ça va vraiment me gâcher le plaisir de ce livre ». J’ai continué de lire en me disant « soit tolérante, écoute avec bienveillance ». Et tu as su contrebalancer ce sentiment dérangeant en invitant le lecteur a s’ouvrir et à faire preuve d’humilité, puis ensuite choisir. Et là ce sentiment dérangeant s’est transformé en curiosité et lorsque tu en reparlais je lisais sans jugement mais juste en me disant « et pourquoi pas ». Merci car je ne sais pas si je m’étais déjà vraiment laissé la possibilité du « pourquoi pas » comme cela avant de te lire. »

Oui, l’humanité est à l’Heure des « pourquoi pas » et des choix. Plus que jamais, l’humanité a le choix :  croire ou ne pas croire, aimer ou ne pas aimer, être ou ne pas être divinement humaine.

Le président Emmanuel Macron a raison : nous sommes en guerre, mais l’ennemi n’est pas celui que l’on croit. Nous sommes en guerre contre l’ego, sa soif de pouvoir et de contrôle absolu. Nous sommes en guerre contre la raison qui a mené ce monde à la déraison. Nous sommes en guerre contre nos propres démons intérieurs et contre l’insanité de notre système : chaque jour 25 000 personnes meurent de faim dans le monde. Mais ça, ça ne nous concernait pas. Maintenant que le petit homme occidental est touché dans sa chair, que son confort s’évanouit, ça change la donne. Oui, nous sommes en guerre – en guerre sainte – et cela se joue simultanément au niveau individuel et au niveau collectif. Nous avons pêché par arrogance, nous sommes tombés malades, et par notre faute notre planète agonise.

Nous sommes le virus. Devenons le vaccin.

À ce stade du Jeu sacré de la Vie, chacun de nous est désormais appelé à purifier son coeur, son corps et son esprit.

Combien de temps durera la nuit noire de l’âme du monde ?

Nul ne le sait. Mais il y a fort à parier que la guerre purificatrice ne fait que commencer. Le combat sera certainement âpre entre l’ancien monde de l’ombre qui sombre, et ceux qui rêvent déjà d’y retourner comme si de rien n’était, et le nouveau monde happytaliste que d’autres s’activent à manifester depuis des années, et auquel d’autres commencent à songer…

Plus nous résisterons à ce qui vient plus la descente en enfer sera longue. Moins nous lâcherons prise, plus l’accouchement sera douloureux.

Contrairement à ce que les médias relayent d’effrayant : face à la situation, nous ne sommes absolument pas démunis.

La solution est simple mais pas aisée : Joue ta Vie !

L’être humain est un être social. L’isolement aura des répercussions indéniables sur notre écosystème intérieur. La charge mentale et l’anxiété aussi, car nous le savons l’anxiété est très délétère pour la santé mentale et physique. Si pendant cette période chargée émotionnellement, vous souhaitez échanger, je suis à votre disposition. C’est ma mission. Vous pouvez m’écrire, je vous répondrai personnellement : fatima@jouetavie.com

Prenez soin de vous et des vôtres.

Je vous aime.

Capture d’écran 2019-12-19 à 12.59.56


A moins que le gouvernement français ne décide de considérer les librairies comme des lieux de vie essentiels et de les ré-ouvrir (c’est en cours de discussion), sachez que le livre Joue Ta Vie est téléchargeable au format Kindle.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouveaux Cours Online

Coaching, psychologie positive, bien-être

Développement personnel, professionnel et spirituel.

Nous ajoutons régulièrement des cours.
Inscrivez-vous pour être informé.
FORMEZ VOUS!
%d blogueurs aiment cette page :