Joue ta vie d’expatrié

Coaching | Formation | Psychologie Positive | Le bonheur, la French Touch en plus !

Joue ta vie d’expatrié

Ah, la vie rêvée des expatriés ! Villa, piscine, personnel de maison, voiture de fonction… On croit souvent que les expatriés sont des privilégiés. Mais le sont-ils vraiment ?

Commençons par le commencement : « un expatrié est un individu résidant dans un autre pays que le sien. Le mot vient des mots grecs exo et patrida. » Résider dans un autre pays que le sien implique de perdre l’essentiel : ses racines. Or, les racines sont précisément ce qui font d’un individu un être équilibré. Par définition, un expatrié est donc un être vulnérable qui joue sa vie dans le vrai sens du terme puisqu’il prend le risque de tout perdre pour être heureux ailleurs, autrement. L’entreprise qui mandate son employé-e à l’autre bout du monde (parfois dans des zones dangereuses) loin de sa famille d’origine, de ses amis, en lui attribuant quelques avantages compensatoires (un billet d’avion par an…) ne compense en rien ce qu’il perd de plus précieux : la sécurité et l’attachement aux siens, à sa culture, à son pays. Tout ce qui détermine « qui il est ».

S’auto-actualiser et voguer vers la nouvelle version de soi-même

Dans de nombreux cas, l’expatriation est l’occasion de gravir les échelons rapidement, mais cette ascension socio-professionnelle se fait souvent au détriment du conjoint et de l’équilibre familial. Pas toujours autorisé à travailler dans son nouveau pays d’accueil, le conjoint renonce à sa propre carrière et à son indépendance financière (diminuant les revenus du foyer). Sans y avoir été préparé, certains compagnons (homme ou femme) se retrouvent en charge des enfants en bas-âge obligés de donner un nouveau sens à leur vie, et de redéfinir leur rôle au sein du couple. Certaines femmes accouchent seules à l’étranger tandis que le mari est en déplacement, les enfants, quant à eux, peuvent être victimes d’exclusion à cause de la barrière de la langue, sans parler de l’angoisse de recevoir un jour, le coup de fil fatal annonçant le décès d’un proche. Le sentiment d’insécurité fait partie du quotidien de l’expatrié qui doit apprendre à ressentir la peur et à agir malgré tout. Tous n’en ressortent cependant pas indemnes.

« Le corps de la diplomatie est dans la fonction publique celui où le taux de séparations conjugales et de difficultés scolaires des enfants est le plus élevé. »

L’expatriation est une formidable aventure, une opportunité de développement personnel accélérée. C’est un investissement dont les bénéfices perdureront à long terme, et c’est en cela qu’est réellement le privilège. Mais c’est aussi un challenge : une fois la mission terminée, l’expatrié est rapatrié chez lui. En l’espace de trois ans (la moyenne d’une expatriation), il va tout perdre, tout reconstruire, puis, tout perdre à nouveau ! Autant dire que la première des forces de caractère de l’expatrié est la résilience suivie de près par le courage et l’agilité. Et pour cause, tout expatrié passe par l’expérimentation de ce que j’appelle les « montagnes russes émotionnelles ».

Les 4 phases se schématisent grâce à la courbe de l’expatriation (en U) de McCormick et Chapman.

Capture d’écran 2019-11-09 à 10.19.19.pngLe choc culturel va se traduire par des symptômes physiques, psychologiques et comportementaux ayant un impact immédiat sur le niveau de bien-être de l’expatrié et donc sur sa performance et sa productivité :

  • Insomnie, maux de ventre, migraine, crise d’angoisse ;
  • Frustration, impatience, sentiment d’incompétence, culpabilité, mal du pays, dépression, colère, pessimisme excessif ;
  • Dormir beaucoup, perdre l’appétit ou au contraire manger compulsivement ;
  • Augmenter sa consommation d’alcool ou de cigarettes, avoir des pulsions de propreté, travailler plus, et s’isoler.

Alors ? Toujours envie de la piscine et de la villa, sans les inconvénients ?

Rejoindre une association facilitatrice de bonheur

Personnellement, j’en suis à ma sixième expatriation avec la particularité d’en avoir vécu 3 en seulement 3 ans. Et même si, en théorie, je sais pertinemment ce qui m’attend, en pratique, je tombe chaque fois dans le piège ! Si on ne peut pas échapper au processus d’adaptation, il existe quand même des moyens de ne pas faire durer la peine plus que de raison : les associations d’accueil à l’étranger. Ces associations à but non lucratif animées par des bénévoles au grand coeur sont le lieu idéal pour se rassembler, créer du lien et se reconstruire rapidement un nid rassurant. Être membre de ces associations ne veut pas dire s’exclure du pays d’accueil. Cela permet simplement de se ressourcer entre gens de chez soi, retrouver quelques repères, une routine, pour mieux déployer ses ailes et profiter pleinement de son expérience en terres inconnues. Être bénévole au sein de ces structures est aussi un excellent moyen de ne pas laisser ses compétences humaines, techniques, et professionnelles sur pause trop longtemps, voire d’en développer de nouvelles. Certaines associations délivrent même un « Passeport du bénévole » gage d’employabilité. Ce document, qui reçoit l’appui de Pôle Emploi en France, peut être utilisé comme pièce justificative pour justifier de son activité ou compléter un dossier de validation des acquis de l’expérience.

Sponsoriser une association facilitatrice de bonheur

Être sponsor, c’est une façon plaisante de valoriser son business tout en contribuant à plus grand que soi. D’ailleurs, bénévoles et sponsors ne le savent peut-être pas mais ils sont des « facilitateurs de bonheur » : ils favorisent les comportements pro sociaux, génèrent de la joie, de la coopération et de la créativité, ce qui augmente le niveau de bien-être de leurs membres, et a pour effet d’améliorer leur performance et leur productivité personnelle et professionnelle.

Un employé heureux est 31 % plus productif. Les salariés heureux sont également 2 fois moins malades, 6 fois moins absents, 9 fois plus loyaux et 55 % plus créatifs.*

Voilà pourquoi les entreprises ont fortement intérêt à sponsoriser généreusement ces associations d’accueil.

Lausanne Accueil, Los Angeles Accueil,Washington Accueil…

À chacune de mes expatriations, je suis membre et/ou bénévole d’une association d’accueil. J’opère dans le secteur du bonheur et du bien-être, un secteur dans lequel le mot bienveillance est employé à toutes les sauces, mais pas toujours incarné. Dans le milieu associatif des expatriés, j’ai rencontré des acteurs de la société civile engagés et profondément doués pour vouloir du bien à leur prochain sans rien attendre en retour. C’est à eux, et en particulier à l’équipe du Conseil d’Administration et Comité Communication de Washington Accueil, que je dédie cet article et exprime toute ma gratitude. Leur mission est d’accueillir les Francophones et Francophiles et de les aider à :

  • S’ADAPTER à leur nouvel environnement.
  • RENCONTRER des compatriotes dans une ambiance chaleureuse et accueillante.
  • TROUVER des informations et conseils pratiques afin de s’intégrer plus rapidement et facilement.
  • CRÉER de nouveaux liens à travers des activités très diversifiées et qui vous ressemblent.

Capture d’écran 2019-11-09 à 16.43.58.png

WAA, You Rock! 

Si cet article devait vous parvenir alors que vous êtes expatrié et isolé, ne restez pas sur le banc de touche. Rejoignez une association d’accueil. Jouons notre vie d’expatrié ensemble !

Fatima

Inventrice de la Méthode Joue Ta Vie, auteure du livre Joue Ta Vie (éditions Eyrolles)


*Ces chiffres sont tirés tirés d’une étude menée par Harvard/MIT.

Pour en savoir plus sur le « Passeport du Bénévole »:
www.francebenevolat.org www.passeport-benevole.org 

Pour en savoir plus sur la FIAFE (une fédération qui anime un réseau international rassemblant 10 000 bénévoles et 100 000 membres, dans 90 pays.)

www.fiafe.org

Tags:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En Librairie depuis le 12 septembre 2019 

 Découvrir le livre

Inscris-toi au BLOG et reçois des astuces pour bien jouer ta vie.

Sign up to the BLOG and get tips to play your life!

FORMEZ VOUS!
%d blogueurs aiment cette page :